Alan Seeger : Instrument du destin
Oratorio de Patrick Zimmerli
Samedi 2 décembre 2017, à 20 heures

D’après les extraits de journal, lettres, et Derniers Poèmes de Alan Seeger.
Composé pour ténor (Scott Emerson), chœur d’hommes (Pasiphaé, dirigé par Loïc Pierre), piano jazz (Edouard Ferlet) et percussion (Jean-Baptiste Leclère).

J’ai rendez-vous avec la Mort…
Et, fidèle à la parole donnée,
Je ne manquerai pas ce rendez-vous. 

Il y a tout juste un siècle, l’Amérique regardait, de loin, l’Europe s’enfoncer dans la Première Guerre mondiale. Les États-Unis finiront par y jouer un rôle décisif, mais un certain nombre de jeunes Américains n’attendent pas que leur pays rentre officiellement en guerre en avril 1917. Mus par une admiration sans borne pour la culture française et les valeurs de liberté qu’elle promeut, une cinquantaine d’Américains se portent volontaires dès les premiers jours du conflit. Parmi eux, le poète Alan Seeger.

Né le 22 juin 1888 à New York et élevé dans une famille férue d’art et de musique, Alan Seeger fait ses études à Harvard, d’où il sort diplômé en 1910. Après deux ans dans le milieu artistique de Greenwich Village à New York, puis deux ans dans le milieu bohème des expatriés américains vivant à Paris, il s’engage dans la Légion étrangère en août 1914. Pour le jeune idéaliste de 26 ans, se battre pour la liberté et mourir au front est la plus haute destinée qu’un être humain puisse atteindre.

Au cours de ses deux ans de service en Champagne, dans l’Aisne, et en Alsace, il écrit ses plus beaux poèmes, ainsi que des lettres et un journal intime à la fois minutieusement détaillés et lucides sur les atrocités de la guerre, et passionnément exaltés quant aux idéaux qu’elle défend. Seeger est tué lors des premiers jours de la bataille de la Somme, le 4 juillet 1916, jour de la fête de l’indépendance américaine.

 

Un oratorio à la croisée des cultures

La destinée de Seeger tire un trait d’union politique et artistique entre l’Ancien et le Nouveau Monde. Dans cet esprit, Alan Seeger, instrument du destin rassemble des artistes français et américains dans un oratorio mêlant les deux traditions musicales emblématiques des deux mondes : l’opéra européen et le jazz américain.

Conçu par la metteur en scène française Mirabelle Ordinaire, sur une musique du compositeur américain Patrick Zimmerli, l’oratorio s’appuie sur les poèmes, lettres, et extraits de journal d’Alan Seeger. Le ténor américain Scott Emerson incarnera le jeune poète, tandis que le chœur d’hommes Pasiphaé, dirigé par Loïc Pierre, figurera ses compagnons de tranchées. Les chanteurs seront accompagnés par le percussionniste Jean-Baptiste Leclère et le pianiste de jazz Edouard Ferlet.

L’oratorio suit le parcours de guerre du légionnaire Alan Seeger et s’organise en six parties:

1 Départ à la guerre
2 Dans les tranchées
3 Champagne
4 Amis et ennemis
5 Sursis
6 Rendez-vous avec la mort

Le 4 juillet 1916, Seeger se rendit au rendez-vous qu’il avait pris dans le plus connu de ses poèmes, « J’ai rendez-vous avec la mort ». En 2017, à l’occasion du centenaire de l’entrée dans la Grande Guerre des États-Unis, nous rendons hommage à l’œuvre et au destin de cet artiste inspiré mais injustement oublié, de cet idéaliste chevronné qui sacrifia sa vie pour la liberté des générations à venir.

Informations pratiques

FONDATION BOGHOSSIAN – VILLA EMPAIN
Centre d’art et de dialogue entre les cultures d’Orient et d’Occident
Avenue Franklin Roosevelt 67
1050 Bruxelles

Réservations
info@boghossianfoundation.be
+32 2 627 52 30

Prix : 12€
7€ pour les membres du Cercle de la Villa
4€ pour les étudiants de moins de 26 ans

Boghossian_Empain_concert_Zimmerli