Six mois après la défaite militaire, l’Arménie panse ses plaies dans la douleur. Nouvelle épreuve pour cette nation ou tournant stratégique pour un État qui doit trouver sa place dans la région ?

A l’occasion du 106e anniversaire du génocide des Arméniens, comment l’Arménie et les Arméniens appréhendent l’avenir de leur patrie et leur rôle dans le monde ? Pour le savoir, la Fondation Boghossian reçoit Vicken Cheterian, politiste et spécialiste du Caucase et du Proche-Orient, lors d’une conférence en ligne animée par Gaïdz Minassian.

Titulaire d’un doctorat en Histoire et Politique internationale à l’Institut universitaire de hautes études internationales (IUHEI) de Genève (Suisse), Vicken Cheterian s’est spécialisé dans la résolution des conflits, les révolutions, les mouvements de contestation, les questions de l’islam politique. Intervenant dans plusieurs médias internationaux, comme Le Monde Diplomatique, Vicken Cheterian s’intéresse aussi de près aux médias, à la sécurité et à l’environnement.
En relation avec plusieurs institutions internationales comme la Banque Mondiale, l’OSCE, l’OHCHR, l’UNEP, la DDC, il dirige un cours sur les médias et communication et les relations internationales à l’Université Webster.
Il est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages, dont Open Wounds, Armenians, Turks and a Century of Genocide, Hurst and Oxford University Press, 2015.

Gaidz Minassian est journaliste au Monde et enseignant à Sciences Po Paris.