L’exposition Ornamentum est temporairement fermée et rouvre ses portes prochainement. A bientôt!

La Fondation Boghossian présentait Instantanés d’Orient, une sélection de photographies issue de la Biennale des photographes du monde arabe contemporain, montrée à Paris à l’Institut du monde arabe ainsi qu’à la Maison Européenne de la Photographie en 2017.

L’exposition collective à la Villa Empain explorait le monde arabe contemporain au travers d’une diversité de regards, proposés par les six photographes suivants : Jaber Al Azmeh, Moath Alofi, Mouna Karray, Rania Matar, Douraïd Souissi et Stephan Zaubitzer.

Originaires de Tunisie, du Liban, de Syrie, d’Arabie Saoudite et d’Allemagne, les artistes captent, au travers de leurs séries d’instantanés, des portraits originaux et des paysages troublants.

Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe, l’affirme : « La photographie demeure un incomparable révélateur du formidable bouleversement qui pétrit le monde arabe. » Ces images, que les artistes choisissent de faire surgir du réel, sont autant de récits symboliques et de narrations imaginaires, qui perpétuent à situer le monde arabe entre fantasme et réalité.

L’exploration de la création photographique contemporaine dans cette région permet de mettre en lumière la diversité des préoccupations des photographes qui vivent et travaillent dans le monde arabe, et de croiser leurs démarches, qu’elles soient conceptuelles, plastiques ou documentaires.

Ce mélange de sensibilités et d’inspirations enrichit la confrontation des œuvres. Et si chacun des artistes exposés a son propre parcours, tous ont été sélectionnés pour l’intensité de leur engagement et pour la proximité qu’ils entretiennent avec les sujets qu’ils ont décidé de traiter et dont ils témoignent à travers leurs images.

On peut également cerner les liens tissés entre les œuvres et les intentions qui les portent, puisés dans une histoire commune : traverser des territoires, faire parler des paysages, interroger une génération, documenter un patrimoine, une culture, raconter une société. Sublimer le réel ou s’en éloigner.

A l’opposé des images violentes qui nourrissent les médias arabes, illustrant les nombreux conflits en cours dans la région, les artistes présentés dans cette exposition manifestent tous une grande liberté dans leur démarche artistique, développant ainsi une vision personnelle et unique du monde qui les entoure.

« Percutant condensé de la récente Biennale des photographes
du monde arabe contemporain à Paris,
Instantanés d’Orient à la Fondation Boghossian
de Bruxelles chamboule le regard porté sur cette partie du monde.
»

Le Vif l’Express, le 15 décembre 2017
Cacher Afficher toutes les images