Ekphrasis, l’écriture dans l’art
Du 24 octobre 2019 au 9 février 2020

La Fondation Boghossian est heureuse de présenter l’exposition Ekphrasis, dont le commissaire est Bruno Corà, directeur de la Fondation Burri en Italie. Celle-ci réunit les pièces de plus de quarante artistes venus du monde entier, dont les styles sont aussi variés que les médiums, mais dont l’utilisation du langage dans l’œuvre est une expression privilégiée.

La définition de l’ekphrasis est une description élogieuse et construite d’une œuvre d’art, réelle ou fictive, souvent conçue sur un modèle pour parvenir à une grande puissance d’évocation. La première ekphrasis célèbre remonte à l’Antiquité grecque: c’est la description faite par Homère du bouclier d’Achille dans l’Iliade. L’arme a été forgée par Héphaïstos pour que « tous soient émerveillés ».

Si l’exercice rhétorique de l’ekphrasis se présente sous les couleurs d’une antique pratique, l’expression du genre a néanmoins été utilisée à toutes les époques avec une remarquable continuité. Et de nombreux écrivains célèbres ont exploré le genre. Réciproquement, de nombreux artistes ont aussi été inspirés à la lecture des ekphrasis, à l’instar de Botticelli, qui réalisera une toile à partir d’une description ancienne.

De fait, il existe une grande tradition d’artistes qui se préoccupent autant des arts visuels que de littérature, de poésie ou de politique, et pour qui le langage est un élément constitutif de l’œuvre. L’exposition explore au travers des artistes contemporains réunis ici les problématiques soulevées et modes de prédilection variées de l’usage du langage dans l’œuvre.

Certains artistes présentés dans l’exposition utilisent le langage comme une écriture à charge, à l’image de Shirin Neshat, Barbara Kruger ou Jenny Holzer. D’autres, à l’instar du collectif Art & Language, de Tracey Emin ou Boetti envoie au spectateur des messages personnels. Enfin, la question du lisible et de l’illisible est notamment présente dans les oeuvres de Marcel Broodthaers et Fred Eerdekens, dont l’utilisation des mots a également une place déterminante dans l’oeuvre.

Trois pièces présentées dans Ekhprasis ont été conçues spécifiquement pour l’exposition: la sculpture suspendue à l’entrée de Nasser Al Salem, l’oeuvre de Lawrence Weiner dans l’escalier, et des sculptures de Peter Downsbrough dans les salons et sur la terrasse, près de la piscine.

Artistes: Vincenzo Agnetti, Nasser Al Salem, Art&Language, Richard Baquié, Robert Barry, Taysir Batniji, Ben, Alighiero Boetti, Jean Boghossian, Marcel Broodthaers, James Lee Byars, Pier Paolo Calzolari, Lieven De Boeck, Thierry De Cordier, Christian Dotremont, Peter Downsbrough, Arpaïs Du Bois, Fred Eerdekens, Tracey Emin, Lalla Essaydi, Mounir Fatmi, Tom Fowler, Mekhitar Garabedian, Jef Geys, Jenny Holzer, Emilio Isgrò, Joseph Kosuth, Jannis Kounellis, Barbara Kruger, Ketty La Rocca, Mario Merz, Annette Messager, Shirin Neshat, Melik Ohanian, Giulio Paolini, Jaume Plensa, Renato Ranaldi, Pedro Reyes, Giovanni Rizzoli, Cy Twombly, Jan Vercruysse, Lawrence Weiner.

Informations pratiques

FONDATION BOGHOSSIAN – VILLA EMPAIN
Centre d’art et de dialogue entre les cultures d’Orient et d’Occident
Avenue Franklin Roosevelt 67
1050 Bruxelles

 

Ouvert du mardi au dimanche
De 11 à 18 heures

Friday Lates
Tous les derniers vendredis du mois,
ouverture en nocturne jusqu’à 21 heures

 

Accès gratuit pour les membres
du Cercle de la Villa
et avec le museumPassmusées
Achetez votre Pass ici

E. info@boghossianfoundation.be
T. +32 2 627 52 30

Fred Eerdekens, Muse, 2011