L’exposition Ornamentum est temporairement fermée et rouvre ses portes prochainement. A bientôt!

Beyrouth

Soutien suite aux explosions du 4 août 2020 Liban ◇ 2020

Suite à l’explosion survenue à Beyrouth et au drame qui s’en est suivi, la Fondation Boghossian s’est engagée à augmenter considérablement sa contribution, son effort et son aide au Liban en 2020 et 2021.

En offrant de la nourriture, ainsi que la scolarisation et la protection des enfants les plus vulnérables dès le lendemain de la déflagration, la Fondation Boghossian a souhaité répondre aux besoins les plus urgents et protéger les plus jeunes en s’assurant qu’ils puissent poursuivre leurs études.

Jean et Albert Boghossian ont choisi de concrétiser l’action de la Fondation au Liban avec un financement à hauteur de 400.000$ pour :

  • la distribution de milliers de rations alimentaires d’urgence
  • la restauration d’écoles
  • l’octroi de 80 bourses scolaires de 2.000$

 

La restauration des écoles

La rentrée scolaire étant imminente l’été dernier, la restauration des écoles était une priorité.
La déflagration a causé des dégâts considérables à l’école Mesrobian, soutenue par la Fondation Boghossian depuis 1996. Les bâtiments ont été lourdement endommagés, les vitres soufflées et les murs éventrés.
Une partie des dons a également été affectée au déblaiement et à la reconstruction du Collège Notre Dame de Nazareth, dont les bâtiments ont été mis à sac par l’explosion à quelques semaines de la rentrée scolaire, ainsi qu’aux écoles Zahrat El-Ihsan, Mont de la Salle et Hripsimiantz.

 

L’octroi de bourses d’études

Qu’ils étudient la kinésithérapie, les soins infirmiers ou la gestion ces étudiants d’origine modeste sont l’avenir du Liban et contribueront à sa reconstruction.
La Fondation a octroyé des bourses scolaires à 80 étudiants de l’Université Saint-Joseph ainsi que des universités Antonine, Haigazian et Notre Dame. Située non-loin du lieu de l’explosion, l’Université Saint-Joseph a été particulièrement impactée par le drame.

 

Un élan solidaire

Suite à notre appel à la solidarité en août 2020, d’innombrables dons ont amplifié la force de frappe de notre action à Beyrouth. Avec près de 40.000$ récoltés, 20 bourses d’études ont pu être  octroyées. Toute l’équipe de la Fondation Boghossian, à Bruxelles et à Beyrouth, est touchée par cet élan de générosité inédit et fraternel.

 

Beyrouth aujourd’hui

Un an après les explosions qui ont fait 207 morts et plus de 6.500 blessés, Beyrouth est toujours exsangue, au cœur d’un pays en proie à une crise politique, économique, sociale et sanitaire.

 

Si, comme nous, vous avez été touchés par la situation au Liban et souhaitez aider le pays à se reconstruire, nous vous encourageons à vous joindre à notre effort et à faire un don afin d’augmenter l’impact de notre action et à financer davantage de bourses scolaires.

Renforcez l’aide que nous acheminons en faisant un versement sur le compte du Fonds des Amis de la Fondation Boghossian, via la Fondation Roi Baudouin.

 

Faites un don via la Fondation Roi Baudouin
Numéro de compte : BE10 0000 0000 0404
Communication structurée : 019/1760/00021

 

Les dons d’au moins 40 euros faits à la Fondation Roi Baudouin donnent lieu à une réduction d’impôt de 45% du montant effectivement versé.

En savoir plusFermer

La Fondation Kayany

Soutien à la construction des écoles pour les réfugiés syriens au Liban Liban ◇ 2016

En soutenant la fondation Kayany et leur projet Ghata, la Fondation Boghossian apporte son aide à l’une des ONG les plus efficaces dans le domaine de l’éducation communautaire et l’aide à offrir des bourses et une protection aux enfants réfugiés les plus vulnérables. Ceux-ci étant des enfants et jeunes réfugiés syriens résidant dans des établissements informels sous tentes dans la vallée de la Bekaa au Liban.

Depuis le début de la crise syrienne, plus de 4,5 millions de Syriens ont trouvé refuge dans les pays limitrophes tel que le Liban qui accueille ¼ d’entre eux parmi lesquels 80% des enfants se retrouvent sans école. En réponse à cette crise, nombre d’ONG ont mis en place des programmes d’éducation communautaire auxquels viennent s’ajouter des mesures de protection de l’enfance et de nutrition.

La Fondation Kayany, une organisation non gouvernementale libanaise fondée en 2013 en réponse à la crise des réfugiés syriens, est l’une des ONG les plus efficaces à s’être engagées dans cette mission. Depuis la création du projet Ghata, la Fondation a établie quatre écoles dans les camp de la Bekaa, offrant une éducation de qualité à 3.500 étudiants âgés de 6 à 18 ans. A côté de ces quatre écoles, la Fondation Kayany a également construit et administre deux écoles secondaires et professionnelles pour filles de 14 à 18 ans.

Il faut savoir que Ghata est le nom donné aux structures portables conçues par le Professeur Rabih Ghibli de l’université américaine de Beyrouth et ses étudiants. Ces structures d’environ 20 mètres carrés chacune peuvent être assemblées afin de créer un espace de 40 mètres carrés permettant de créer une classe pouvant accueillir jusqu’à 35 étudiants.
Facilement montables et démontables et résistantes aux conditions météorologiques les plus sévères, ces unités peuvent être construites par les réfugiés à partir de matériaux locaux peu couteux. La modularité des éléments permet de facilement les adapter aux besoins spécifiques de chaque site mais également de leur attribuer des fonctions diverses allant de la salle de classe au coin cuisine permettant d’offrir deux repas sains par jour aux élèves réfugiés. A ce jour, le Ghata est la seule structure portative approuvée par le Ministère libanais des Affaires Sociales.

En savoir plusFermer

Partenariat avec l’Université Haigazian

Liban ◇ 2016

Chaque année la Fondation Boghossian offre des bourses aux étudiants émérites de l’Université Haigazian au Liban.

Depuis de nombreuses années, la Fondation Boghossian offre des bourses à huit étudiants émérites de l’Université Haigazian au Liban. Sélectionnés sur base de leur potentiel académique et besoin financier, les étudiants auxquels une bourse est octroyée se la verront renouvelés jusqu’à complétion de leur cursus scolaire. En fonctionnant de la sorte, la Fondation leur permet de terminer leurs études dans un contexte de sécurité financière laissant la place à la réalisation de leur plein potentiel académique.

Un musée de la photographie à Beyrouth

A la Bibliothèque Orientale de l'Université Saint-Joseph Liban ◇ 2016

Depuis juin 2016, la prestigieuse Bibliothèque Orientale de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth accueille dans ses murs un musée dédié à la photographie.

Riche d’un fonds de plus de 70.000 photos, la Bibliothèque Orientale de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, dispose d’une source de documentation inestimable pour l’histoire des pays du Proche-Orient. Grâce au partenariat signé le 24 juillet 2014 avec la Fondation Boghossian, la Bibliothèque Orientale est désormais en mesure de protéger ce patrimoine unique en son genre et de le rendre accessible au public.

Les photographies exposées dans ce musée ont été produites par des générations de pères jésuites. Dès la seconde moitié du XIXe siècle, avec Jérusalem et Constantinople, Beyrouth est un des centres photographiques majeurs de la région. Parmi les orientalistes qui affluent en Orient, des photographes renommés comme Tancrède Dumas ou Félix Bonfils prennent leurs quartiers à Beyrouth ; bientôt suivis par des photographes autochtones, tels que Georges Sabounji ou les frères Sarrafian. Les missionnaires jésuites qui ne sont pas en reste donnent également une forte impulsion à cette discipline. Dès 1865, les pères A. Bourquenoud et A. Dutau, suivis par bien d’autres, au gré de leurs pérégrinations à travers les villages de la montagne libanaise et de la Békaa, mais aussi en Syrie, en Arménie et en Égypte, n’oublient jamais d’emporter avec eux un appareil photographique qu’ils utilisent abondamment.

Si les religieux de l’ordre de la Compagnie de Jésus sont si férus de photo, c’est surtout parce qu’ils considèrent celle-ci comme un excellent outil pédagogique et documentaire. En tant que missionnaires, la photo leur sert en effet à diffuser leur œuvre apostolique. Les jésuites sont également connus pour s’intéresser aux sciences ; c’est pourquoi leurs photos couvrent des disciplines aussi variées que la géologie, l’épigraphie, l’archéologie ou l’ethnographie, comme l’illustrent les innombrables scènes de vie rurale et les émouvants portraits des membres de certaines tribus ou communautés. En exposant les photographies prises par les jésuites, le musée retrace plusieurs décennies d’histoire de la photographie, de découvertes archéologiques, d’études ethnographiques et d’ingéniosité au service de la science.

Dans le cadre de ce partenariat, la Fondation Boghossian et la Bibliothèque orientale de Beyrouth se sont associés au Musée de la Photographie de Charleroi pour y présenter, fin 2014, une exposition comprenant une sélection des archives photographiques de la Photothèque de Beyrouth sur le thème des déplacements de population au tournant du XXe siècle en Orient.

La Photothèque ne se limite pas uniquement à la gestion et l’exploitation du fonds, elle a également l’ambition de l’enrichir par l’acquisition d’autres fonds privés, scientifiques et artistiques. Un appel aux détenteurs de collections est lancé dès à présent !

Ce projet a été réalisé en plusieurs étapes :
• L’aménagement d’une chambre avec contrôle de la température et de l’humidité, dotée d’équipements appropriés. A cet effet, l’Université Saint-Joseph a mis à disposition un local d’environ 100 m2 situé au rez-de-chaussée de la Bibliothèque Orientale
• La conservation des documents dans des armoires, boîtes et enveloppes conditionnées sans acide
• L’inventaire et la numérisation du fonds en vue de sa gestion, de son exploitation et de sa diffusion, en ce compris le matériel nécessair
e à sa réalisation (ordinateurs, scanners appropriés, base de données, …)
• La formation de personnel qualifié pour la numérisation et la conservation du fonds

Une partie du fonds a été mise en valeur par des expositions et la publication de livres-catalogues :
• Aux Origines de l’Archéologie Aérienne, (avec exposition-USJ, Beyrouth), 2000
• Les « Petites Écoles du Mont-Liban » du Père Joseph Delore (avec exposition- USJ, Beyrouth), 2003
• Une Aventure Archéologique, (avec exposition, Musée Archéologique, Arles), 2004
• Le voyage archéologique en Syrie et au Liban de Michel Jullien et Paul Soulerin en 1888, 2004
• Les Arméniens, la quête d’un refuge, 1917-1939, (avec 2 expositions : USJ, Beyrouth, Cité de l’Emigration, Paris), 2006
• Portraits photographiques d’Orient, 2010
• Les Arméniens de Cilicie, 2012 .

 

En savoir plusFermer

Ecole Mesrobian de Beyrouth

Liban ◇ 2001

Avec la Fondation Gulbenkian de Lisbonne, la Fondation Boghossian a financé la construction d’un espace de 1.500 m² qui comporte l’Ecole technique, culinaire et hôtelière de Beyrouth.

La Fondation soutient l’Ecole Mesrobian chaque année en prenant en charge les bourses scolaires d’enfants dont les parents ne peuvent payer la scolarité.

Des fonds supplémentaires ont été mobilisés pour la restauration de l’école suite aux dégâts causés par les explosions survenues à Beyrouth le 4 août 2020. Le financement des bourses qui s’élève à 15,000 $ par an a également été multiplié par trois.